Overblog Suivre ce blog
Editer la page Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Construction de la maison bio-climatique de Patrick, Tom, Léo et Bénédicte. CONTACT : benedictemonin24@gmail.com
  • : Construction d'une maison bio-climatique en bottes de paille sur une structure bois "poteaux-poutres", avec assainissement phyto-planté, toilettes sèches, récupération eau de pluie, chauffage de l'eau solaire, puits canadien, chauffage par poêle à bois
  • Contact
/ / /
Nous avons choisi d'utiliser le système de phytoépuration par filtres plantés d’Anne Rivière, Docteur ès Sciences de l’Environnement, car il est simple de mise en oeuvre et d'entretien. C'est par l'intermédiaire de l'association "Eau Vivante" que nous avons eu connaissance de ce système. Je tiens ici, à remercier les membres de cette association qui nous ont largement aidé pour la mise en forme du dossier de demande d'agrément.


ATTENTION ! Ce système n'est prévu que pour la seule épuration des eaux grises. Notre maison ne possède pas de toilettes à eau, mais des toilettes sèches.  




I) LE DOSSIER DE DEMANDE D'AGREMENT



 Ce dossier peut paraître lourd, mais à l'époque de notre demande, les services techniques de gestion des eaux (SPANC ou autres) rejetaient toutes les demandes de mise en place de systèmes phyto-plantés.



a)- Courrier à l'attention du Maire de notre commune :

Monsieur Le Maire

Mairie

Le bourg

24600 ST PARDOUX DE DRONNE

Objet : Demande d’agrément sanitaire

 

Commune : St Pardoux de Dronne

Lieu dit : Puytier

Parcelle concernée : C668

 

 

 

Monsieur le Maire,

 

Nous avons pour projet la construction de notre résidence principale sur la parcelle citée en référence. Nous voulons profiter de cette occasion pour mettre en place des systèmes soucieux de l’impact de notre consommation sur l’environnement ; tant au niveau du choix de nos matériaux, de nos besoins énergétiques, que du traitement de nos déchets.

 Dans cette logique, et au vu des problèmes grandissants liés à l’eau (souci prioritaire pour le Pays du Périgord Vert, vote d’une action pour le plan 2007/2014), l’utilisation de toilette à chasse d’eau nous semble paradoxale. En effet, leur utilisation souille 30% à 40% de nos besoins en eau potable, pour ensuite contenir 98 % de l’azote présent dans les eaux usées domestiques. Un tel système a pour conséquence un traitement lourd (et souvent partiel) de ces eaux avant de les rejeter dans la nature.

 C’est pourquoi nous allons opter pour des toilettes sèches à compostage en cuves étanches (système sans eaux ni produits chimiques, ni fosse septique).

 De plus, nous récupérerons les eaux pluviales (stockées dans une citerne enterrée avec filtres)  afin de n’utiliser l’eau potable que pour nos besoins sanitaires.

Les eaux usées domestiques ne pouvant rejoindre le milieu naturel qu’après avoir subi un traitement permettant de satisfaire à la réglementation en vigueur et d’assurer la protection des nappes d’eaux souterraines (article 3 de l’arrêté du 6 mai 1996), nous nous sommes donc intéressés au système permettant l’épuration de nos eaux grises (vaisselle, salle de bain, lave linge).

Si les différents procédés d’assainissement autonome présentent de bonnes performances à l’installation, les contrôles réalisés par la suite montrent que 80% des installations ne fonctionnent pas dans des conditions souhaitables (Miquel, 2002) : mauvais entretien, tuyaux d’épandage colmatés, filtres saturés. Le fait que ces systèmes soient peu visibles et que l’analyse de la qualité des eaux rejetées soit difficiles, implique un désengagement des utilisateurs qui ne peuvent mesurer l’impact des produits qu’ils consomment sur les eaux souterraines et les cours d’eau. Enfin, une fois saturé, l’extraction du filtre d’épandage suscite un investissement lourd, et crée un déchet difficilement recyclable (sans parler de l’obligation d’investissements dans des stations d’épurations pour les collectivités).

 

C’est pourquoi, avec pour principe la prévention à la source (c’est-à-dire que moins l’utilisateur rejette de pollutions dans l’eau, moins il en trouvera à la sortie), nous vous demandons l’autorisation d’utiliser le système de phytoépuration par filtres plantés d’Anne Rivière, Docteur ès Sciences de l’Environnement. Ce système (voir schéma annexe1) est basé sur l’épandage de nos eaux grises sur un plateau minéral et végétal filtrant qui déversera son trop plein dans une petite mare de 2m2. Comme vous le montre le tableau en annexe 2, les taux de rejets seront conformes aux normes et réglementations en vigueur. Ce dispositif individuel assurera un niveau identique de protection de l’environnement par rapport à un système de collecte, comme le préconise l’article 3 de la directive européenne du 21 mai 1991 relative au traitement des eaux résiduaires.

Enfin, nous nous engageons à :

-       ne pas installer de toilettes à eaux ultérieurement

-       utiliser des produits biologiques non polluants

-       fournir tous les ans à la municipalité et au SPANC les résultats des analyses effectuées sur les rejets terminaux de notre phyto-épuration par un laboratoire agréé.

 

Dans l’espoir d’une réponse favorable,

 

Veuillez agréer, Monsieur le Maire, nos salutations les meilleures.

 

 

Pièces Jointes :

- Formulaire de demande d’installation d’un assainissement autonome
- Description du projet Puech-Monin
- Croquis du système assainissement par filtres plantés
- Résultats d’analyses d’eaux épurées par ce système
- Coordonnées des laboratoires agréés pour contrôler l’eau
- Charte de l’environnement
- Loi n°2006-1772 du 30 décembre 2006
-Comparaison des systèmes par Anne RIVIERE, Docteur ès Sciences de l’Environnement
- Plan de situation au 1/250000
ème
- Plan de masse au 1/250ème
- Coupe paysagère au 1/200ème
- Etude de sol
- Quelques coordonnées pour plus d’information
- Liste de lieux où l’on peut voir le système en fonctionnement

b)- Descriptif du système de bassins plantés d'Anne Rivière :

 2 Ass1

2 Ass2
2 Ass3
2 Ass4
2 Ass5
2 Ass6


c)- Les documents annexes :

Croquis de principe :

3 croquis annexe 1a


Schéma aérien
4 schéma aérien 1b


Résultats d'analyses effectuées : 
5 Résultats d'analyses


6 Laboratoires



7 Charte de l'environnement (an. a)



8 Loi dec 2006 s- l'eau (an.b)



 9 Comparaisons (an.3)

Schéma de construction :
11 Shéma construction

Description technique :
12 Description technique

Un modèle d'assainissement phyto-planté
13 assainissement aubepine pt

Vitrine de l'association "Eau Vivante"
15 Vitrine eau vivante 2


CHOIX DES PLANTES 10 Plants au m2

Niv 1 : dans les 2 bassins : Phragmite australis 
Niv 2 : Iris pseudocarus + 
Scirpus maritimus 
Niv 3 : Iris pseudocarus + 
Schoenoplectus lacustris 
Niv 4 : Typha minima
Niv 5 : 
Juncus effusus + Utricularia vulgaris 

 


II ) MISE EN OEUVRE 
 
Les contenants : des buses en béton avec leur couvercle qui nous serviront de socles
P4220129  
Terrassement avec une pelle de 7 tonnes  et des garçons bien costauds : création de 5 paliers (pour les 5 niveaux de bassins) + les tranchées qui permettent de les relier les uns aux autres.
Chaque fond de buse est posé sur un carré de géotextile, lui même recouvert de 15 cm de sable (roulé 0/20)
P8120561.JPG  
Les 5 niveaux de bassins sont en places ainsi que les tuyaux (PVC diamètre 50 mm) qui les relient. On voit bien sur cette photo les couvercles des buses que nous avons utilisés comme fond. Ils sont cimentés aux bassins.
P8130569.JPG  
Mise en place des tuyaux d'arrivée d'eau. Ici c'est le 1er niveau. On voit le regard dans lequel se trouvent les 2 vannes qui ouvrent l'accès aux bassins du 1er niveau. Elle se situent juste après le Y qui termine le tuyau d'évacuation des eaux grises depuis la maison (PVC diamètre 100 mm) 
P8180604.JPG  
Tous les bassins sont reliés entre eux et les espaces entre chacun sont rebouchés. L'opération aura pris une demi-journée.
100_3935.JPG  
Afin d'éviter de multiplier les interventions d'entretien (arrachage de nouvelles plantes non désirées dans les bassins), il est recommandé d'isoler le tour des bassins. Ici, Patrick et Mathieu entoure la buse de : 
1- tissus géotextile 
2- calcaire 0/40 mm
3- moellons trouvés dans le jardins et scellés avec un mortier de chaux
P5281268.JPG  
P5281269.JPG  
Fabrication des tuyaux de ventilation des bassin (PVC diamètre 32 mm et percés de toute part)
P6211329.JPG  
On a rendu les bassins étanches avec de l'Aster-béton. Un 1/2 tuyau PVC de 250 mm de diamètre sert de regard. Il est percé de partout pour permettre à l'eau de passer. Au fond de la buse : 10 cm de gravier 20/40.
P6211320.JPG  
Une fois les graviers posés, on installe les tuyaux de ventilation que l'on bloque à l'aide de bout de bois (ou autre) et on fini de remplir les bassins de pouzzolane (valable pour les niveaux 1,2 et 3 dont l'eau a une percolation verticale)
P6211328.JPG  
P6211332.JPG  
Puis nous installons l'araignée de distribution dans chaque bassin des 3 premiers niveaux (PVC diamètre 50 mm percé sur 2 rangs)
P6291354.JPG  
Vue du premier niveau près à être planté
P6291359.JPG  
Remplissage des niveau 4 et 5 (percolation verticale de l'eau). Les gros graviers sont mis en tas à l'arrivée de l'eau et à sa sortie. La pouzzolane est placée entre. 
P6241337.JPG  
P6241338.JPG  
Ici l'eau arrive par le eau et repart par trop plein (donc aussi par le haut). C'est ce qu'on appelle la percolation horizontale.
P6241336.JPG  
Puis les bassins ont été plantés et mis en eau. Ici le niveau 2.
En percolation verticale, l'eau arrive par le haut, reste un peu à décanter, puis repart par le bas quand on enlève le tuyau (dans le regard)
P1151605  
Niveau 3 : l'eau n'est plus retenue. Elle arrive, s'infiltre dans la pouzzolane et repart directement vers le bassin suivant.
P1151606  
Niveau 4 et 5 : percolation horizontale. L'eau arrive par le haut du bassin de droite et rejoint celui de gauche par trop plein.
P1151607 


 

Partager cette page

Repost 0
Published by