Overblog Suivre ce blog
Editer la page Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Construction de la maison bio-climatique de Patrick, Tom, Léo et Bénédicte. CONTACT : benedictemonin24@gmail.com
  • : Construction d'une maison bio-climatique en bottes de paille sur une structure bois "poteaux-poutres", avec assainissement phyto-planté, toilettes sèches, récupération eau de pluie, chauffage de l'eau solaire, puits canadien, chauffage par poêle à bois
  • Contact
/ / /
Fabrication de cloisons banchées végétale

1) Structure en bois :

La structure est faite avec des échelles réalisées en liteaux de 3 cm de section. Chaque échelle fait 10 cm de large.



Les échelles sont fixées au sol et sur les solives de l'étage :



Pour obtenir une bonne rigidité de l'ensemble, il faut des traverses (en liteaux). Nous en profitons pour faire de la décoration. Il ne faut pas oublier de pointer (mettre des clous) sous les liteaux horizontaux ou de travers afin d'éviter les rétractations. En effet, en séchant, le mélange se rétracte principalement le long des liteaux. Avec les clous, le mélange paille est "accroché".




2) Composition du mélange de remplissage :

Matériau de base : la paille (pas mouillée, pas hachée, juste en vrac)
Elle est enrobée d'une barbotine qui sert de colle. Cette barbotine est composée de : 
- 1 seau de terre argileuse
- 1 seau de sable (parce que notre terre est très très très argileuse)
- 2 seaux de chaux hydrolique (solidité ; insectes...)
- 2,5 seaux d'eau



3) Réalisation du mélange :

La terre, le sable et la chaux sont mélangés dans la bétonnière à sec pendant plusieurs minutes.  
Dans notre cas (terre très argileuse avec galets), nous avons choisi de mettre la terre avec les galets. En effet,  ces derniers aident à casser l'argile. Puis on rajoute les 2,5 seaux d'eau et on laisse tourner la bétonnière un bon moment pour que le liquide, de consistance d'une pâte à crêpe,  soit homogène et sans grumeaux (il faut parfois l'aider à la main car l'argile à tendance à vite former des boules compactes et hermétiques). 
Le mélange est versé dans une poubelle de 80 L.



Dans la poubelle, on met une très grosse brassée de paille en vrac.



A l'aide des 2 mains, on prend une grosse poignée de cette paille dans la poubelle qu'on plonge jusqu'au fond et que l'on jette dans la bétonnière qui tourne toujours. La totalité des brins de paille n'est pas imprégnée de barbotine. Seul le tour de la poignée est recouvert du liquide. C'est la bétonnière qui va permettre à chaque brin de paille d'être enduit. 


Cette technique permet d'enduire chaque brin sans avoir de surplus de liquide ni de boules de paille. En effet, une paille bien enduite, sans boule, est bien plus facile à mettre en oeuvre (remplissage plus rapide). De plus, la bonne répartition du liquide permet de ne pas inonder le sol et d'obtenir un séchage un peu plus rapide.
4) Mise en oeuvre :
 
On coffre les cloisons à l'aide de 2 planches préalablement mouillées, et de serre-joints :

 
On répartit de façon homogène quelques poignées de paille, puis on tasse l'ensemble pour coller les brins de paille entre eux. Assez fort sur le sol pour s'assurer une bonne assise. Dès que le coffrage est plein, on enlève les planches pour les monter et continuer à remplir (pas de temps de séchage ni d'attente). A partir du 2èm niveau de coffrage et surtout plus haut, il faut doser la force de tassement afin de ne pas déformer le travail fait dessous (un tassement trop fort donne des "ventres" à la cloisons). Attention cependant de bien vérifier les coins et les angles des décorations ; ce sont les endroits où l'on laisse facilement des trous. 

 

Fin de journée :

 

Nota béné : Si on appuie sur une cloison fraîche, elle bouge ! C'est effrayant ! Une fois sèche, cette cloison présente un aplomb et une rigidité tout aussi étonnante ! 

Partager cette page

Repost 0
Published by